La Controverse de Valladolid est un débat qui opposa essentiellement le dominicain Bartolomé de Las Casas et le théologien Juan Ginés de Sepúlveda en deux séances d'un mois chacune (l'une en 1550 et l'autre en 1551) au collège San Gregorio de Valladolid, mais principalement par échanges épistolaires. Il s’agit d’une réécriture moderne de cette histoire (1992), elle soulève le problème de la vraie nature des Indiens, et … [16] Las Casas’ criticism of the encomienda system contributed to its replacement with reducciones. It consisted of a number of opposing views about the way natives were to be integrated into Spanish society, their conversion to Catholicism, and their right. Tiraillé entre les groupes d'influence défendant des intérêts économiques et ceux qui font connaître les exactions de colons, Charles Quint, après avoir interdit l'esclavage, promulgue les Leyes Nuevas en novembre 1542 qui mettent les Indiens sous la protection de la Couronne d'Espagne et exigent des vice-rois du Pérou et des tribunaux de Lima et de Guatemala de sévir contre les abus des encomenderos et de ne plus attribuer de nouvelles encomiendas[2]. This text became highly popular in the Netherlands and Great Britain, where it was used to present Spain as a backwards and obscurantist country. Bartolomé de las Casas, a Dominican friar from the School of Salamanca and member of the growing Christian Humanist movement, worked for years to oppose forced conversions and to expose the treatment of natives in the encomiendas. Le sort des Amérindiens devient une question religieuse : il s'agit de définir la nature de leur âme et la façon légitime de les traiter. Le sujet de cette controverse : les Amérindiens sont-ils des créatures de Dieu ? It also helped convincing more missionaries to come to the Americas to study the indigenous people, such as Bernardino de Sahagún, who learned the native languages to discover more about their cultures and civilizations. La dernière modification de cette page a été faite le 18 novembre 2020 à 15:42. Civilized peoples, according to Sepúlveda, were obliged to punish such vicious practices as idolatry, sodomy, and cannibalism. Selon lui, l'accusation menée contre Las Casas est une calomnie montée de toutes pièces à partir des écrits d'Antonio de Herrera y Tordesillas[5]. San Francisco State University. Chronologie |17 Vous devrez utiliser les documents 1 et 2 ci-dessous Itinéraire 1. In Spain, it served to establish Las Casas as the primary, though controversial defender of the Indians. Second, Spaniards were entitled to prevent cannibalism as a crime against nature. C’est un Prêtre dominicain espagnol. He said that the practice of enslaving people in Africa, was started by the Portuguese, at least 30 years earlier. Le système d’encomienda s'étend à l'ensemble du continent sud-américain au fur et à mesure que les conquistadores progressent.[2]. 1552 Las Casas publie un ouvrage dénonçant les massacres commis par les Espagnols en Amérique (Brevisima Relación de la destruición de las Indias). Las Casas va avoir le dessous car : ce n'est pas un orateur : c'est un homme de terrain, son argumentation est confuse, passionnée. La controverse de Valladolid Histoire des Arts Fiche 3 FICHE ÉLÈVE La controverse de Valladolid (1550-1551) au cinéma Objectifs de l’activité : comprendre les enjeux de la controverse de Valladolid (1550-1551) en exploitant le téléfilm de Jean-Daniel Verhaeghe (1992). 10: 95–104. Ils ne connaissent pas le fer. Bartolomé de Las Casas (1474/1556) Juan Ginès de Sépulvéda (1490/1573) L'humanité des Indiens, l'existence de leur âme, n'ont jamais été l'objet du débat (le pape Paul III l'avait affirmé) puisque sans cela, Sepúlveda n'aurait jamais parlé du devoir de les évangéliser et ne se serait jamais autant étendu sur leur « péché d'idolâtrie ». La controverse de Valladolid Un débat est organisé dans un couvent entre Las Casas, ardent défenseur de la cause indienne, et Sépulveda, qui plaide pour l'extermination de ces indiens. S'ils les font travailler, ils leur doivent un salaire, ainsi que le prescrit une cédule royale de 1503. de la Controverse de Valladolid La Controverse de Valladolid est un livre dans lequel Jean-Claude Carrière parle de la situation des indiens d’Amérique en 1550. [26] [19], After the Valladolid debate, and the establishment of New Laws protecting the native Americans from slavery, the Atlantic slaves trade significantly increased. Las Casas répond que les innocents sont « de droit divin » sous la protection de l’Église, que toute violence suscite la haine et perpétue ainsi la chaîne du mal. [4] More importantly, the debate reflected a concern for morality and justice in 16th-century Spain that only surfaced in other colonial powers centuries later. Il y démontre également que Las Casas n'est pas soucieux de la seule situation aux Amériques, mais s'oppose, de manière globale, à toute forme d'impérialisme. En 1492, l'amiral Christophe Colomb débarque sur une terre inconnue : c'est la conquête de l'Amérique.Le territoire est alors colonisé : les peuples indigènes ont une culture très différentes de celle des colons et le combat est inégal puisqu'ils n'ont pas d'armes à feu. Humaniste, il défend la condition des indiens et le respect de leurs droits au nom même des principes de tolérance et de paix qu’apportent le christianisme. "The Las Casas-Sepúlveda Controversy: 1550-1551" . Au XVI e siècle, le roi Charles Quint demande que l'on organise une controverse pour décider du sort des Indiens.Elle opposera à Valladolid le frère Bartolomé de Las Casas, qui plaidera tout au long du livre en faveur des Indiens, à Juan Ginés de Sepúlveda, le philosophe, qui argumentera et expliquera en quoi ce peuple doit être colonisé. Although both sides claimed to have won the disputation, there is no clear record supporting either interpretation. [4], Moved by Las Casas and others, in 1550 the King of Spain Charles I ordered further military expansion to cease until the issue was investigated. In 1938 the story of the German writer Reinhold Schneider Las Casas and Charles V (Las Casas vor Karl V. [de]) was published. Dès le début du XVIe siècle, des voix se font entendre pour condamner les brutalités commises sur les Indiens : Antonio de Montesinos dénonce les injustices dont il a été témoin en annonçant « la voix qui crie dans le désert de cette île, c'est moi, et je vous dis que vous êtes tous en état de péché mortel à cause de votre cruauté envers une race innocente »[3]. Ces lois provoquent un soulèvement des encomenderos et la mort du Vice-roi du Pérou. 13 et 14, 7mn environ) En 1550, à la demande de Charles Quint une confrontation se tient dans un couvent à Valladolid. Ex Post Facto. En échange, ils doivent protection et instruction religieuse à ces populations (l'évangélisation des indigènes, souhaitée par le pouvoir royal), malgré tout considérées comme libres (en pratique, affectées à l’encomienda). Ce débat politique et religieux organisé par Charles Quint eut lieu sous le pontificat du pape Jules III. In 1938 the story of the German writer Reinhold Schneider Las Casas and Charles V (Las Casas vor Karl V. [de]) was published. Entre-temps, le pape Paul III, par les bulles Veritas ipsa (2 juin 1537) et Sublimis Deus (le 9 juin 1537), condamne l'esclavage des Indiens et affirme leurs droits, en tant qu'êtres humains, à la liberté et à la propriété. « Dans la véritable controverse de Valladolid, le dominicain Bartolomé de Las Casas et le théologien Juan Ginés de Sepúlveda ne débattent pas de la nature humaine des Indiens ni du fait de savoir s'ils ont une âme. [1] Las Casas represented one side of the debate. Au coeur de la controverse, il y a une autre réalité: c'est celle de l'effondrement démographique de la population indienne. Il présente la problématique de la controverse et les deux adversaires! Contre-argument de Las Casas: L'argument de Las Casas vint s'opposer à celui de Sepulveda. Il se retire au couvent de San Gregorio à Valladolid. [4] Though they did not fully reverse the situation, the laws achieved considerable improvement in the treatment of Indians and consolidated their rights granted by earlier laws. [9][10], Las Casas pointed out that every individual was obliged by international law to prevent the innocent from being treated unjustly. [4], Sepúlveda put forward many of the arguments from his Latin dialogue Democrates alter sive de justi belli causis,[6] to assert that the barbaric traditions of certain Indians justified waging war against them. Il est rappelé en Espagne mais obtient de la Couronne la promulgation des lois de Burgos en 1512, qui imposent de meilleures conditions de travail pour les Indiens mais ces lois ne sont pas mieux respectées que les précédentes[2]. Se sentant coupable, Las Casas se retire pendant seize ans et devient dominicain. [13], Sepúlveda’s arguments contributed to the policy of “war by fire and blood” that the Third Mexican Provincial Council implemented in 1585 during the Chichimeca War. La Controverse de Valladolid Nous sommes en présence d’un extrait de La Controverse de Valladolid écrit par Jean- Claude Carrière. À Valladolid une voix s’élève alors, celle de Bartolomé de Las Casas, qui adopte avec passion la cause indienne. À vouloir convertir de force, on inculque la violence, laquelle ouvre plus sûrement les portes de l’enfer que le culte des faux dieux. Cette décision ne s'appliquait pas aux Noirs d'Afrique dont l'esclavage n'était pas contesté[réf. Hernandez, B. L. ( 2015). Le texte présenté est un extrait de La controverse de Valladolid écrit par Jean-Claude Carrière et publiée en 1992. Leurs javelots sont faits de roseaux. La publication posthume de l'Historia de las Indias, en 1875 (soit plus de trois siècles après la mort de Las Casas), lui donne raison. Plus qu’un précurseur des droits de l’homme, il est un clerc du Moyen Âge perdu au Siècle d’or. L’analyse est plus profonde. Las Casas va avoir le dessous car : ce n'est pas un orateur : c'est un homme de terrain, son argumentation est confuse, passionnée. In this book, Bartholomé de Las Casas expressed his regret for not being more aware of the injustice with which the Portuguese took and enslaved Africans. The government's orders were hardly respected, conquistadors such as Pedro de Valdivia, went on to waging war in Chile during the first half of the 1550s. Afin de contrer les arguments de Sépulvéda, Las Casas ne se contente pas de constater que l’indien s’est manifesté en faveur de son idole dont il voulait empêcher la destruction. Exercice 2. La conquête espagnole des Caraïbes et de l’Amérique provoque dès le XVIe siècle un véritable ethnocide. Dans les pays protestants, cet ouvrage servira d'argument pour présenter l'Espagne, pays catholique et monarchique, comme rétrograde et obscurantiste. La Controverse de Valladolid Nous sommes en présence d’un extrait de La Controverse de Valladolid écrit par Jean- Claude Carrière. Spain's colonization and conquest of the Americas inspired an intellectual debate especially regarding the compulsory Christianization of the Indians. In 1550, the king had ordered that the conquest should cease, because the Valladolid debate was to decide whether the war was just or not. Avec cinquante hommes, on pourrait les asservir tous et leur faire faire tout ce que l'on veut. Au XVI e siècle, le roi Charles Quint demande que l'on organise une controverse pour décider du sort des Indiens.Elle opposera à Valladolid le frère Bartolomé de Las Casas, qui plaidera tout au long du livre en faveur des Indiens, à Juan Ginés de Sepúlveda, le philosophe, qui argumentera et expliquera en quoi ce peuple doit être colonisé. Lecture Analytique Sepulveda (La controverse de Valladolid). 1. 1550 Controverse de Valladolid. Historians such as Sylvia Wynter, argued that through Las Casas’ defense of the native Americans, he encouraged the use of African slaves for labour in the New World. Il s’agit d’une réécriture moderne de cette histoire (1992), elle soulève le problème de la vraie nature des Indiens, et si elles peuvent être assimilées avec les hommes. Il meurt peu de temps après, désespéré. L'histoire [modifier | modifier le code]. [24], In Brevísima relación de la destrucción de las Indias (1552), Las Casas’ critique of the Spanish military forces in the New World, was one of the starting points of the Black Legend of Spanish colonisation. Le souci sincère de Bartolomé de las Casas d'épargner les Indiens les a préservés (par rapport à l'Amérique du Nord anglo-saxonne, notamment) mais paradoxalement, il est à l'origine, non de la naissance mais de la généralisation, de la traite des Noirs vers l'Amérique : empêchés d'employer les Indiens comme travailleurs forcés, les Espagnols cherchent des esclaves et nouent des contacts avec des négriers africains, portugais, génois, français… qui leur vendront ensuite des millions d'esclaves sur plusieurs siècles. Ce débat réunissait des théologiens, des juristes et des administrateurs du royaume, afin que, selon le souhait de Charles Quint, il « traite et parle de la manière dont devaient se faire les conquêtes dans le Nouveau Monde, suspendues par lui, pour qu'elles se fassent avec justice et en sécurité de conscience[1] ». [17] His testimonies on the peaceful nature of the native Americans also encouraged nonviolent policies concerning the religious conversions of the Indians in New Spain and Peru. Ancien encomendero, Bartolomé de las Casas s'engage contre ce système et se fait connaître peu à peu : il est nommé « défenseur des Indiens » en 1516 par le cardinal Cisneros. Fray Bartolomé de Las Casas renonce à son évêché et meurt à Madrid en 1566. Au cours des années 1550-1551 ont lieu d'importantes discussions sur la légitimité de la conquête entre Las Casas et Juan de Gines de Sepulveda, dont le second ressortira vainqueur. À l'aube du XIXe siècle, Henri Grégoire conteste catégoriquement cette implication de Las Casas dans la généralisation de la traite des Noirs. L’introduction de la controverse de Valladolid, Jean-Claude Carrer, est un roman de la fin du XXe siècle sur une controverse qui a eu lieu en 1550. Held in the Colegio de San Gregorio, in the Spanish city of Valladolid, it was a moral and theological debate about the conquest of the Americas, its justification for the conversion to Catholicism, and more specifically about the relations between the European settlers and the natives of the New World. Lecture Analytique Sepulveda (La controverse de Valladolid). Las Casas est favorable à l'application de la philosophie de saint Thomas d'Aquin selon laquelle[1] : En 1532, Francisco de Vitoria avait explicitement appliqué au Nouveau Monde, les principes de saint Thomas d'Aquin de destination universelle des biens terrestres (ils sont pour tous et le droit de propriété est conditionné par le Bien Commun) et le droit de connaître la Vérité que tout homme possède sui generis : ceux qui vont aux Amériques n'ont donc pas un titre de propriété mais un devoir de mission ; personne n'a le droit d'occupation de ces territoires mais chacun doit jouir de « la liberté de passer par les mers ». 1556 Début du règne de … [20] In a nineteenth century text, French priest and revolutionary, Henri Grégoire, rejected Las Casa’s implication in the Atlantic slave trade. First, their natural condition deemed them unable to rule themselves, and it was the responsibility of the Spaniards to act as masters. Cependant, il est dominé par les figures de Las Casas et Sepúlveda. Il fit cesser temporairement la colonisation de l'Amérique par la monarchie espagnole. His position found some support from the monarchy, which wanted to control the power of the encomenderos. La thèse de Sepúlveda s'appuie sur des arguments de raison et de droit naturel ainsi que sur des arguments théologiques. Bartolomé de Las Casas, qui a été évêque en Amérique centrale, est appelé pour participer à ce débat, qui a lieu à Valladolid en 1550. Il se concentre sur le cas de la jeune femme qui empêche son mari d’intervenir. [4], Though Las Casas tried to bolster his position by recounting his experiences with the encomienda system's mistreatment of the Indians, the debate remained on largely theoretical grounds. Bartolomé de Las Casas et La controverse de Valladolid (documents 1 et 2) Vous avez le choix entre l’itinéraire 1 ou l’itinéraire 2 pour réaliser l’exercice. He explained that he had been careless in believing that the Africans were rightfully enslaved, and declared that the treatment of the African slaves was as unfair and inhumane as the treatment of the Indians. Il se retire au couvent de San Gregorio à Valladolid. Cependant, les conquistadors s'approprient des terres des indigènes. Le débat regroupe un collège de théologiens, juristes et administrateurs : sept juges membres du Conseil des Indes, deux The debate cemented Las Casas's position as the lead defender of the Indians in the Spanish Empire,[3] and further weakened the encomienda system. Analyse filmique de la Controverse de Valladolid (Arte vidéo, chap. 1550 Controverse de Valladolid. Au début du XVIe siècle, les Espagnols conquièrent des territoires, le plus souvent avec l'aide des peuples indigènes hostiles ou en révolte contre le peuple dominant (Cortés au Mexique, Pizarro au Pérou) qui les a réduits en esclavage et prélève sur eux les victimes des sacrifices humains. Exercice 2. Lors de ce procès, on officialise que les Amérindiens ont un statut égal à celui des Blancs. A6 - J.C. Carrière, "La Controverse de Valladolid" Boudier Aurélien - 2nde B - Page 2 ne sont pas immédiatement perceptibles. Bartholomé de las casas . Ce débat réunissait théologiens, juristes et administrateurs du royaume, afin que, selon l… Il commence par une série de questions sur la vie de son ... Contre-argument de Las Casas, "Les occidentaux ne considèrent que ce … à Les indiens ont une âme et doivent être convertis.. Chapitre 3 p49 à 52 . La décision devait revenir au légat du Pape. Vous devrez utiliser les documents 1 et 2 ci-dessous Itinéraire 1. Bartolomé de Las Casas, qui a été évêque en Amérique centrale, est appelé pour participer à ce débat, qui a lieu à Valladolid en 1550. Las Casas réplique en publiant un traité : « Trente propositions juridiques » (Treinta proposiciones muy jurídicas) ; Charles Quint suspend la colonisation et ordonne le débat de Valladolid sur la légitimité de la conquête institutionnelle. Ce livre, abondamment publié et commenté aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne est à l'origine de la Légende Noire de la colonisation espagnole et servira d'argument moral à ces puissances pour lutter contre l'Espagne, chercher à prendre sa place en Amérique et détourner l'attention des crimes et des actes de génocide lors de leur colonisation. Au cours des années 1550-1551 ont lieu d'importantes discussions sur la légitimité de la conquête entre Las Casas et Juan de Gines de Sepulveda, dont le second ressortira vainqueur. La controverse de Valladolid est un débat qui opposa essentiellement le dominicain Bartolomé de las Casas et le théologien Juan Ginés de Sepúlveda en deux séances d'un mois chacune (l'une en 1550 et l'autre en 1551) au collège San Gregorio de Valladolid, mais principalement par échanges épistolaires. par Jean-Claude Carrière. Les conquistadores les colonisent et pour ce faire, n'hésitent pas à recourir aux châtiments corporels, à la torture, au viol et à l'assassinat : les injustices se font grandes.Mais un moine dominicain, Bartolomé de Las Casas, qui assiste à quelques-… La controverse de Valladolid. The black legend was an anti-Hispanic anti-catholic historiographic tendency which painted a highly negative image of Spanish colonisation. L’introduction de la controverse de Valladolid, Jean-Claude Carrer, est un roman de la fin du XXe siècle sur une controverse qui a eu lieu en 1550. Au coeur de la controverse, il y a une autre réalité: c'est celle de l'effondrement démographique de la population indienne. Las Casas saw no end to Spanish wars of conquest in the New World, and Sepúlveda did not see the New Laws' restricting of the power of the encomienda system overturned. Fourth, it was important to convert Indians to Christianity. Ils feraient de bons serviteurs. A6 - J.C. Carrière, "La Controverse de Valladolid" Boudier Aurélien - 2nde B - Page 2 ne sont pas immédiatement perceptibles. L'Église est l'organisatrice de ce débat, elle veut savoir si les indiens d'Amérique sont … Benoit, J-L. (2013) “L’évangélisation des Indiens d’Amérique Autour de la « légende noire »”. Lisez ce Archives du BAC Commentaire de texte et plus de 247 000 autres dissertation. une société est une donnée de la nature ; toutes les sociétés sont d'égale dignité : une société de païens n'est pas moins légitime qu'une société chrétienne ; on n'a pas le droit de convertir de force, la propagation de la foi doit se faire de manière évangélique, par l'exemple.